Muriel Beaujean
Le conseil conjugal et familial, pour être épanoui dans la vie et dans les liens !
Muriel Beaujean
Le conseil conjugal et familial, pour être épanoui dans la vie et dans les liens !

Articles
Découvrir ou revoir des oeuvres cinématographiques, en couple ou en solo, peut être un moment propice à la rêverie et au lâcher-prise relationnel. Dans le champ du désir et des rapports amoureux, deux titres invitent au voyage des sens et des émotions: « 21 nuits avec Pattie » et « Je ne suis pas un homme facile ».
 
En interrogeant parfois de manière caricaturale les rapports sociaux de sexe, ces supports nous invitent à réfléchir à la manière dont les hommes et les femmes peuvent vivre ensemble, en explorant d’autres voies possibles que la domination et la soumission… Dans une société où les corps sexualisés sont visibles au quotidien, dans la publicité, les films pornographiques, avec une injonction sociale à la performance… j’observe paradoxalement une certaine panne du désir en consultation.
 
« 21 nuits avec Pattie » se déroule dans un petit village du sud de la France, autour du 15 août; et met en scène la rencontre de deux femmes que tout semble opposer, dans le contexte du décès de la mère de l’une d’elles. Pattie, femme gourmande et bavarde raconte, quand l’envie lui vient, ses aventures sexuelles et éphémères à Caroline, femme discrète et médusée par ce flot de paroles directes et crues. Pattie serait-elle une femme extravertie et Caroline une femme plus intériorisée? Pas si sûre… Dans cette rencontre, chacune donne à voir ce qui lui manque : la connexion à son désir enfoui pour l’une, et la connexion à un possible attachement amoureux pour l’autre. La mort de la mère fantasque et non-conventionnelle de Caroline puis la disparition du corps emportent les personnages vers une quête personnelle, durant laquelle les corps et les âmes vont se mettre en mouvement.
 
Dans un autre registre, le tout récent « Je ne suis pas un homme facile » met en scène un personnage masculin qui se réveille dans une réalité où les rapports sociaux entre les hommes et les femmes sont inversés. Dans cette comédie, pas si légère que cela, les femmes détiennent le pouvoir social, tandis que les hommes sont renvoyés à la sphère domestique. Doux-amer, ce film nous invite à revisiter nos clichés quant aux comportements attendus du féminin et du masculin, notamment dans la vie privée et dans l’intimité (avec l’injonction sociale à l’épilation par exemple, qui dans ce film pèse de manière inversée sur les hommes!).
 
Pour faire sens avec mes consultations de conseillère conjugale et familiale, ces supports mettent en scène des questions fréquentes chez les patients: « Comment exister pleinement en tant que personne? Comment se connecter à son désir personnel ? Comment partager une intimité satisfaisante? Comment investir sa féminité ou sa masculinité quand on se sent à contre-courant des normes en vigueur ? Comment être femme, fille et mère ? Homme, fils et père ? … »
 
Le désir dépasse le champ de la sexualité génitale en ce qu’il nous mobilise dans notre capacité à éprouver l’envie : envie de vivre, envie de manger, envie d’être seule(e), envie d’être avec l’autre… Le désir sexuel n’est qu’une dimension de notre capacité désirante, qui s’éprouve à travers l’expérience du manque. Dans une relation équilibrée, plusieurs niveaux co-existent : l’individuel et le groupal, avec du temps et de l’espace pour chaque niveau. Cultiver son jardin secret, permettre à son partenaire d’avoir du temps pour lui sont autant de moyen d’érotiser la distance relationnelle, pour mieux se retrouver ensuite et partager une intimité.
 
En consultation, je m’attache à épauler les patients dans la construction de leur chemin personnel, leur permettant d’être en lien de manière plus satisfaisante avec leur partenaire. Apprendre à se connaitre, développer la compréhension mutuelle, l’empathie, partager des moments de qualité, construire une intimité… sont autant de voies possibles. Savoir se faire plaisir est également un moyen de se rendre disponible à la rencontre charnelle et érotique. Identifier son désir, l’affirmer quel que soit son sexe ou son genre, s’exposer au risque du refus mais aussi de l’acceptation… ne serait-ce pas là la véritable révolution des rapports entre le féminin et le masculin?
 
Muriel Beaujean,
Conseillère Conjugale et Familiale

Articles similaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.